Présentation du GRIPIC

GRIPIC, le laboratoire de recherche en sciences de l’information et de la communication du CELSA (EA1498)

Le GRIPIC se donne pour objet de comprendre le rôle structurant des processus communicationnels dans la société et d’analyser leurs dimensions sociales, sémiotiques et politiques.

L’approche du GRIPIC est interdisciplinaire par le statut et l’origine des chercheurs qu’elle rassemble. Pour aborder les objets sociaux par leurs circulations, leur historicité, leurs médiations concrètes, leur dimension à la fois technique, culturelle et politique, les chercheurs du Gripic déploient des méthodologies variées ancrées dans l’analyse des signes et dans la considération des rapports entre les acteurs. La complexité des processus de communication exige une perspective large sur le monde contemporain et sur les transformations de la culture.

Quelques approches en tensions illustrent la démarche propre au GRIPIC :

  • la critique des catégories et des objets proposés ou imposés à la recherche au nom d’enjeux pré définis depuis des zones de pouvoirs économiques et politiques (par exemple les processus de labellisation comme phénomènes culturels) confrontée à l’attention portée à des objets ou pratiques qui entretiennent ou revisitent la culture et les savoirs depuis des points de vue invisibles
  • les problématiques plus ou moins politiquement cadrées de l’accès, de l’inclusion, de l’intégration confrontées à l’attention aux phénomènes d’expulsion, aux frontières des espaces symboliques et physiques, aux points de vue par lesquels on définit des « centres » et des « marges »

Le lien avec le GIS 2IF se fait plus particulièrement via la thématique « Cultures, savoirs et communication » dans laquelle le GRIPIC analyse la façon dont la communication soutient la circulation et la réappropriation de savoirs de différentes natures dans la société. Au sein de cette thématique, des recherches sont menées sur les nouvelles formes d’industrialisation dans les secteurs de la formation, de la culture et de la communication ainsi que sur les enjeux du développement des plates-formes numériques et des algorithmes dans le domaine de l’éducation, de la culture et du patrimoine. Ces enjeux analysés à une échelle macro sont articulés à des analyses fines réalisés sur différents terrains, au plus près des réalités vécues par les acteurs. Ils sont également systématiquement mis en perspective sur des temps longs dans une approche critique et réflexive propre à l’ensemble du GRIPIC.

Trois éléments importants permettent de caractériser une approche GRIPIC de cette thématique :

  • observer et décrire les médiations par lesquelles se font, se défont, se brouillent, se masquent, se créent, des « êtres culturels », ou des savoirs
  • mettre en œuvre des pratiques d’attention (aux conditions de production ou de captation, aux phénomènes de création ou d’expulsion…)
  • expérimenter une poétique et une réflexivité collectives : instaurer entre membres des formes d’écritures assez brèves avec réponses et échanges, suivis d’ateliers de type « veille ».

Laisser un commentaire